jambon de bayonne

Si vous souhaitez diffuser l’enquête, n’hésitez pas à nous le faire savoir via Facebook, par mail ou par téléphone au 06 45 93 73 07.

Dans cet élevage de 12 000 cochons situé en Gironde et classé IGP Jambon de Bayonne, des lanceurs d’alerte DxE France se sont introduits pour filmer les conditions de vie des animaux en élevage intensif. La première partie de cette enquête consistait à filmer la castration à vif des porcelets ainsi que le claquage. Celle-ci a été publié il y a quelques semaines via Hugo Clément et Welfarm. L’élevage abritant 12 000 cochons est représentatif de l’élevage porcin en France où 95% des animaux sont élevés en bâtiment sur caillebotis

 

    Lors de cette enquête nos lanceurs d’alerte ce sont concentrés sur le bâtiment des maternités pour y filmer les “soins” au porcelet (castration, caudectomie, limage des dents à vif) ainsi que le claquage qui semblait être une pratique courante dans cet élevage. Nous avons aussi filmé les truies, qui passent la moitié de leur vie, c’est-à-dire un an et demi, dans des cages où elles ne peuvent même pas se retourner. Elles y sont enfermées pour l’insémination ainsi que pour la mise bas. L’argument principal pour l’enfermement lors de leur mise bas est qu’elles évitent d’écraser leurs porcelets. Cependant, nos enquêteurs ont pu constater que l’écrasement des porcelets était tout de même un gros problème dans cet élevage car ils se comptent par dizaines et lorsque les porcelets n’en meurent pas, se retrouver compressé contre le plastique (supposément plus “agréable” pour les porcelets selon la filière) du caillebotis leur inflige de graves blessures qui ne seront pas soignées, car cela coûte trop cher donc ils seront “claqués” par les ouvriers. Le claquage n’est pas sensé être systématique, il le devient pourtant en étant considéré comme la méthode d’euthanasie la moins chère. 

 

    L’association félicite le Ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, qui a récemment promis la fin de la castration à vif des porcelets d’ici 2021, et espère qu’il se prononcera aussi sur la caudectomie systématique réalisée sans anesthésie, ainsi que sur les conditions de vies des truies maintenues en cage durant la moitié de leur vie. DxE France veillera à l’application de ces lois et espère que ces déclarations vont au delà d’un simple effet d’annonce du gouvernement destiné à calmer l’opinion publique.